FAQ

Qu’est-ce que le Mémorial national N’oublions jamais?

Le Mémorial est dû à l’initiative de fonds privés et est conçu pour commémorer les Canadiens tombés au front qui gisent dans des cimetières de pays étrangers (2 500 cimetières éparpillés dans 74 pays), qui ont été perdus en mer ou autrement consumés dans les paysages de la guerre. Il rappellera à nos mémoires les 114 000 Canadiens tués dans des conflits à l’extérieur du Canada. Il inclura également ceux qui sont tombés dans des missions récentes (comme les missions de maintien de la paix depuis 1970 et en Afghanistan), qui sont enterrés au Canada. Le mémorial sera situé dans le Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton.

Pourquoi le construisez-vous?

Nous croyons qu’il est important d’avoir au Canada un mémorial dédié à tous les Canadiens tués dans des guerres et des missions de paix qui ont eu lieu à l’étranger, et dont les sépultures gisent à l’extérieur du Canada. Ils méritent d’être honorés, au Canada, et reconnus pour leur sacrifice.

Pourquoi faites-vous cela maintenant?

C’est une opportunité de contribuer aux commémorations du Canada à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, du 75e anniversaire de la Deuxième Guerre mondiale et du 150e anniversaire de la Confédération, et fera partie du programme « En route vers 2017 » sous l’égide du ministère du Patrimoine canadien.

Qui paiera la note?

Les objectifs de la Fondation sont de recueillir les fonds nécessaires à la construction et à l’entretien du Mémorial, et au déroulement de la programmation après la construction. Une fois l’ouvrage achevé, la propriété du Mémorial passera à la Couronne, représentée par Parcs Canada, pour devenir une partie du Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton.

Où sera-t-il construit?

On a identifié Green Cove comme site prévu pour le Mémorial. C’est un point d’observation panoramique ouvert sur l’océan, situé dans le Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, qui longe la piste Cabot de renommée internationale à environ 6 km au nord de la communauté d’Ingonish (Nouvelle-Écosse). L’île du Cap-Breton est une des principales destinations touristiques de la région atlantique du Canada et a été classée au premier rang des destinations insulaire de l’Amérique du Nord continentale par la revue Travel and Leisure, en 2012.

Green Cove est située sur la piste Cabot, une route déjà très fréquentée. Une piste existante mène à la pointe, qui offre naturellement un endroit qui répond aux objectifs fixés pour le site. C’est donc un endroit déjà aménagé où on ne trouve aucune zone identifiée comme environnementalement délicate, ni aucune espèce ou aucun habitat menacés à ce moment-ci.

Green Cove présente des caractéristiques naturelles comparables à celles qu’on rencontre à d’autres mémorials dans le monde où les paysages naturels contribuent aux expériences commémoratives. De plus, un mémorial national majeur a besoin d’un site qui sera disponible à perpétuité. Les parcs nationaux sont des biens nationaux du Canada et sont consacrés à perpétuité.

Quand sera-t-il construit?

Le Mémorial national N’oublions jamais sera construit par étapes réparties sur un certain nombre d’années. La phase 1 doit être complétée en juillet 2017. Le calendrier et les détails des phases subséquentes sont actuellement en cours de préparation.

De quoi aura-t-il l’air? Quelle hauteur aura-t-elle?

Le Mémorial sera situé sur un promontoire rocheux de granit qui se projette dans l’océan Atlantique, en direction de l’Europe et du Mémorial national canadien de Vimy (France).

Cliquez ici pour voir un tableau de comparaison des hauteurs de statues remarquables.

Cliquez ici pour voir une comparaison des hauteurs de statues canadiennes remarquables.

 

Qui participe au projet?

La Fondation du mémorial national N’oublions jamais est le promoteur du projet et supervisera ce dernier avec les conseils, le soutien et la collaboration de Parcs Canada.

La Fondation dialogue avec des groupes d’anciens combattants, des groupes économiques et touristiques, les instances gouvernementales et les résidents aux niveaux local, provincial et fédéral, et notamment les ministères du Patrimoine canadien, Anciens Combattants Canada, ainsi que des organismes commémoratifs comme la Commonwealth War Graves Commission. En plus, la fondation est en communication avec les détenteurs des droits des communautés autochtones.